Transition environnementale : quel rôle pour les citoyens ?

transition environnementale

A l’occasion du colloque « Alter Innovation : pas de transition environnementale sans transformation des représentations et des comportements de chacun », organisé par l’INSEEC à l’Assemblée Nationale le 26 novembre 2018, Marc Desforges et Camille Morel ont participé à la table-ronde « La démocratie est-elle soluble dans l’impératif écologique ? ». Aux côtés de Sarah El Hairy, députée de Loire Atlantique et Eric Pliez, président Samu Social de Paris et DG d’Aurore, nous avons expliqué nos partis et notre méthode pour une transition environnementale et citoyenne.

 

L’un de nos premiers projets de mobilisation citoyenne a été l’opération « Mon Pavillon et Moi » menée à Epinal entre 2015 et 2018, pilotée par Crois-Sens en collaboration avec l’agglomération, les communes de Chavelot et Thaon les Vosges, l’ALEC, … L’objectif était de former des groupements de propriétaires de maisons individuelles dans une commune, qui partageaient les mêmes attentes en matière de rénovation énergétique. Un accompagnement personnalisé et collectif par un agent de terrain local favorisait le regroupement des commandes ce qui permettait de réaliser des économies d’échelles tout en créant du lien entre les membres du groupe. Peu à peu, l’objectif était de monter d’autres projets collectifs : des groupes de marche, des marchés de producteurs… Ce retour d’expérience nous a été précieux pour forger et améliorer une méthodologie de participation efficace.

En effet, deux méthodes existent pour réussir une transition qu’elle soit écologique, sociale, économique… :

  • soit top-down, impulsée par les élus, règlementaire, contraignante (passe souvent par la fiscalité donc souvent perçue comme « punitive »)
  • soit bottom-up, en cherchant à accompagner les citoyens en travaillant sur la demande, les usages et pratiques et sur leurs représentations et habitudes quotidiennes

La bonne nouvelle : les 2 méthodes sont complémentaires et doivent être utilisées pour repenser la transition environnementale. Crois/Sens ne remet pas en cause le pouvoir et le rôle des élus mais parie davantage sur l’implication citoyenne comme moteur d’un changement plus rapide et efficace. La méthode bottom-up que nous avons mise au point permet par une approche partant de l’engagement citoyen, de les impliquer dans l’action et d’en faire les acteurs locaux d’une transition plus légitime et mieux réussie. La capacité d’agir est la clé.

Quand des taxes ou réglementations sont imposées sans concertation et sans explication « par le haut », les citoyens ne les comprennent pas, y sont réfractaires, voire ne peuvent les appliquer car la fiscalité n’est pas adaptée à des modes de vie individuel et collectif qui n’ont pas encore effectué cette transition qui touche toutes les sphères (professionnelle, logement, énergie, santé, alimentation…). La transition doit se faire progressivement et globalement, de manière transversale. La justice environnementale va de pair avec la justice sociale.

Défis à relever : Notre première expérience, et celles que l’on mène depuis (ainsi que la littérature scientifique), montrent une grande difficulté des citoyens à s’engager dans des processus innovants par manque de confiance, de temps, d’intérêt face à une offre compliquée et multiple. Il faut trouver des nouvelles manières les moins brutales possibles pour les accompagner dans cette transition :

  1. Faire le pari du collectif pour trouver des réponses individuelles: à plusieurs, on va plus vite plus loin
  2. Passer du temps à débattre pour trouver un sens commun avant de se mettre en action et pouvoir créer du collectif. L’opération MPEM nous a fait prendre conscience de l’importance de garder une forme d’échanges et de débats tout au long du projet pour éviter qu’une fois le projet initial terminé, les groupements se disloquent et repartent vers des actions/intérêts individuels
  3. Commencer par des thématiques sur lesquelles les citoyens ont le sentiment d’avoir du pouvoir d’agir et d’avoir des retours individuels. L’expérience MPEM, issue d’un premier débat en 2015 à Epinal sur les conditions du bien-vivre, nous a appris que si la thématique qui avait été choisie au départ par les habitants était la rénovation, ils cherchaient des réponses immédiates à leurs besoins. Il nous apparaît donc maintenant essentiel de commencer par une thématique plus proche des citoyens : la santé, via l’alimentation et l’activité sportive. On s’intéresse à la santé globale qui vise à améliorer l’ensemble des conditions de vie : la santé physique mais également psychique, son insertion sociale, sa capacité d’agir, son impact environnemental, … Une fois les citoyens mobilisés autour d’un sujet, ils pourront être sensibilisés à des thématiques pour lesquelles la transition se fera à plus long terme : rénovation énergétique, mobilité, …

Notre proposition : cette méthode en trois temps (inform’action : temps du débat, cré’action : temps de l’expérimentation ; activ’action : déploiement) peut s’adapter à tous les domaines de la transition environnementale afin d’accompagner les citoyens dans le changement de leur pratiques et représentations. L’objectif est de partir de leurs habitudes, valeurs et besoins pour construire ensemble des projets accessibles à partir des ressources locales. Pour les accompagner dans cette transition environnementale, nous avons conçu un nouveau métier : « Entrepreneur du bien-vivre », un agent de terrain formé par Crois/Sens à l’animation du territoire, à l’identification et l’accompagnement de projets porteur de sens. Une première promotion de 4 personnes a eu lieu en 2018 qui poursuivent leur formation avant de s’immerger dans les territoires dans lesquels elles ont envie de s’investir et se sentent légitimes. Une deuxième formation sera lancée en 2019 afin de former de nouveaux EBV capables d’intervenir et de s’adapter sur chaque territoire.

L’engagement des citoyens dans une véritable transition durable ne va pas de soi, il leur faut du temps et surtout comprendre le sens de ce qui leur est demandé : ils ont un rôle à jouer dans cette transition ! La formation de personnes capables d’accompagner les citoyens dans les problématiques qu’ils rencontrent dans chaque territoire est l’une des clés de la réussite.

En conclusion, il y a besoin d’une réorganisation globale du système de décision et d’action/une rupture systémique, notamment en redéfinissant le rôle de l’élu dans le système d’acteurs qui doit guider et orienter (en donnant l’exemple) sans être le censeur. Les Entrepreneurs du bien-Vivre, en jouant le rôle de tiers, fluidifient cette transition, s’assurent que tout le monde y participe à la hauteur de ses moyens mais qu’elle n’accentue pas l’injustice socio-spatiale. Enfin, le citoyen redevient le moteur de la démocratie, celui qui impulse et affirme ses choix de société, en les mettant en pratique quotidiennement pour une transition volontaire et non subie.

 

Camille Morel

 

Références :

POULAIN Sebastien, « Inform’action pour un Festival UtopiC », crois-sens.org, 27 novembre 2018, http://crois-sens.org/2018/11/27/informaction-pour-un-festival-utopic/

POULAIN Sebastien, « Transition écologique : Crois-sens à l’Assemblée nationale », crois-sens.org, 31 octobre 2018, http://crois-sens.org/2018/10/31/transition-ecologique-crois-sens-a-lan/

 

Crois-Sens expérimente le programme « Mon Pavillon et Moi » pour une massification de la demande en rénovation énergétique de maisons individuelles – Epinal (Vosges)

 

Mon Pavillon Et Moi
Mon Pavillon Et Moi

 

« Mon Pavillon et Moi » est un projet précurseur à l’AMI TIGA dans son approche transversale sur la mobilisation du grand public, le partage d’expérience et la collaboration.

Continue reading « Crois-Sens expérimente le programme « Mon Pavillon et Moi » pour une massification de la demande en rénovation énergétique de maisons individuelles – Epinal (Vosges) »