Capabilités de Amartya Sen : une source d’inspiration majeure pour Crois-sens

Voici un article portant notamment sur l’approche des capabilités de dr Amartya Sen.

Dr Amartya Kumar Sen
Dr Amartya Kumar Sen

Certain.e.s ne connaissent pas encore tous les apports des travaux du Prix Nobel Dr Amartya Sen. Il a changé notre manière de penser le « développement » des sociétés. Celui-ci ne peut plus aujourd’hui se limiter à sa dimension économique (la croissance, le chiffre d’affaire, le PIB, le PNB) ou technique.

C’est ce que nous expérimentons à Mirecourt (lire ici) ou à Lille (lire ici) et c’est ce que nous allons faire à Nanterre (lire ici).

 

  1. Objets d’étude

Prix Nobel en 1988 pour ses travaux sur l’économie du bien-être, Amartya Sen est un économiste né en Inde en 1933. Du début des années 1970 au milieu des années 1980, il se concentre sur les questions de pauvreté, d’inégalités et développe une théorie du choix social. Du milieu des années 1980 à nos jours, il intègre à son analyse les problématiques de justice et de morale et étudie des situations réelles d’inégalité dans les pays en développement. A la croisée de l’économie et de la philosophie, il construit son analyse autour des concepts de « capabilité » et de « fonctionnement ». Il se démarque des théories usuelles, notamment utilitaristes, en donnant une grande place aux considérations éthiques.  Amartya Sen est considéré comme l’un des plus grands contributeurs à la théorie du développement humain. Son ouvrage de référence en la matière est Development and Freedom publié en 1999. Ses travaux ont aussi eu une résonnance particulière auprès des décideurs politiques et ont amplement participé à placer sur le devant de la scène les problématiques de développement humain.  Avec l’économiste pakistanais Mahbub ul Haq, il a coécrit le premier Rapport sur le Développement Humain des Nations Unies en 1990 ; il a par la suite contribué à l’élaboration d’indicateurs de développement humain.

 

 

  1. Principes développés : se recentrer sur les capabilités des individus

 

2.1 Le rejet de l’utilité comme critère de bien-être

Amartya Sen souhaite refonder nos critères d’évaluation du bien-être individuel et collectif. Largement dominant dans la science économique, le critère d’utilité prend en compte l’ensemble des plaisirs ou peines qu’une personne retire d’une situation. Elle est souvent réduite aux gains matériels et entendue à la seule échelle individuelle. Pour Amartya Sen, la notion d’utilité ne permet pas de prendre en compte toute une série de facteurs éthiques, moraux, immatériels pourtant essentiels comme la justice sociale, le dévouement au service des démunis ou la création artistique. Il est aussi important de prendre en compte l’origine des utilités : toute satisfaction de ses préférences n’est pas forcément bonne en soi, par exemple lorsqu’elle ne respecte pas les principes moraux (champ oublié du « welfarisme »).

 

2.2 La « capabilité » et les « fonctionnements » comme nouveaux critères d’évaluation du bien-être

L’auteur propose, comme alternative à l’utilité, « l’approche par les capabilités ». C’est une traduction libre du terme anglais « capability » qui est aussi traduit par « capacité ». Il s’agit d’évaluer les caractéristiques d’une personne et de son bien-être par ses « fonctionnements » mais aussi par ses « capabilités ».

Les « fonctionnements » font référence à ce qu’est ou ce que fait la personne.

Les « capabilités » renvoient, elles, à ce que la personne peut faire ou peut être, à la liberté qu’elle a de choisir l’un de ces fonctionnements pour mener le mode de vie qu’elle désire.

Voici comment il distingue les deux termes dans The Standard of Living :

« Un fonctionnement est une réalisation tandis qu’une capabilité est une aptitude à la réalisation. Un fonctionnement est, en ce sens, plus directement lié aux conditions de vie dans la mesure où il constitue différents aspects des conditions de vie. Les capabilités, au contraire, sont des notions de liberté, dans le sens positif : de quelles opportunités réelles disposez-vous au regard de la vie que vous pouvez mener » (Sen, 1987, p36)

Avec le critère de capabilité, le bien-être est alors défini comme la qualité d’existence d’une personne, comprenant la satisfaction propre à ses conditions de vie et les opportunités qui lui sont offertes. Il prend donc en compte les caractéristiques de la société dans laquelle vit l’individu, telles que les institutions, les normes sociales et les biens publics. Son approche invite à dépasser le cadre strictement économique pour avoir une vision plus globale et éthique des faits économiques et en particulier du développement.

 

2.3 L’application à l’économie du développement

 

  1. Le positionnement de l’économie du développement

Dans Development as Freedom (1999), Amartya Sen explique le développement est « un processus d’expansion des libertés réelles dont jouissent les individus ». A l’instar de la théorie du capital humain, il invite à dépasser la vision du développement uniquement envisagé sous le joug de la croissance du progrès technique dans laquelle les individus ne sont que des facteurs de production. Il est indispensable de prendre en compte le champ des compétences et des connaissances (i.e. le capital humain), et leurs externalités positives, pour comprendre les dynamiques de développement. Les investissements dans le secteur de la santé, de l’éducation et de la formation sont donc primordiaux.

Avec l’économie du développement, Amartya Sen souhaite aller plus loin que les théories du capital humain. Selon lui, il ne suffit pas de considérer le montant des investissements en termes d’éducation ou de santé, il faut observer en quoi cela affecte les réalisations des individus et les autres facteurs qui jouent sur ces dernières. Il faut donc orienter l’analyse sur les capabilités : est-ce que les individus sont véritablement en mesure de réaliser leur projet, de mettre en œuvre leurs compétences. C’est ce que Sen appelle « the need for empowering people ».

L’étude du développement devient alors multidimensionnelle :

– la santé

– l’éducation,

– la justice sociale,

– l’égalité entre les sexes,

– l’écologie.

Amartya Sen montre que le développement de l’individu et de la nation n’est favorisé que dans un environnement qui promeut l’égalité des chances, l’initiative individuelle et la créativité (cf. Tableau 1).

Théorie de la croissance Théorie du capital humain Théorie du développement humain
Rôle des individus Facteur de production Facteur de production et de développement (compétences, connaissance) Richesse réelle de la nation
Objectifs Améliorer de la condition de vie (PIB) Augmenter la productivité et soutenabilité de la croissance économique grâce à la production de connaissances et à l’éducation. Créer un environnement dans lequel les individus peuvent développer leur potentiel et leur créativité en fonction de leurs propres intérêts et besoins.

Tableau 1 : Comparaison des approches théoriques du développement extraites de Osmankovic et al. (2011)

 

  1. Les instruments de développement

Dans sa théorie du développement, la liberté des individus est envisagée sous un double visage :

– un objectif à atteindre (rôle constitutif),

– un moyen (rôle instrumental) sur lequel on peut jouer pour générer davantage de développement.

La liberté entendue dans son rôle constitutif évoque les capabilités élémentaires :

– les moyens de subsistance,

– l’alphabétisation,

– la libre expression.

 

C’est la finalité du développement humain. Le rôle instrumental des libertés « concerne la manière dont une grande variété de droits, de possibilités et d’acquis contribuent à l’expansion de la liberté humaine en général et, par conséquent, à la promotion du développement » (Sen, 2000, p47). Amartya Sen met en avant cinq libertés instrumentales, véritables leviers du développement qui agissent en interaction :

 Les libertés politiques : qui permettent la bonne marche du gouvernement par le peuple (démocratie, droit de vote, libre expression politique) ;

 Les facilités économiques : la liberté donnée aux individus d’utiliser les ressources économiques à des fins de consommation, de production et d’usage. Elle comprend aussi l’accès au financement ;

  Les opportunités sociales : les mesures en vue d’améliorer les conditions de subsistance (santé, éducation), qui favorisent aussi la participation politique et économique ;

 Les garanties de transparence : la confiance, la lutte contre la corruption et la fraude financière et économique ;

 La sécurité protectrice : les dispositifs étatiques en termes de justice sociale (protection sociale, allocations, fonds de secours).

 

  1. Apports et critiques

 L’approche par les capabilités de dr Amartya Sen offre un cadre novateur et pertinent pour étudier ce qui touche au développement, à l’innovation et aux inégalités. En 2004, l’association HDCA (Human Develoment and Capability Association) est créée par plusieurs chercheurs intéressés par la mise en pratique de cette approche. Cela met en lumière l’aspect porteur des capabilités en termes de politiques publiques. Par exemple, Anna-Maria Hoffman montre dans son article « The Capability approach and educational policies and strategies : Effective life skills education for sustainable development » (in Valérie Rebout, 2008) que l’approche des capabilités de dr Amartya Sen est très pertinente en matière de politiques éducatives :

 

– apprendre à connaître,

– apprendre à être,

– apprendre à vivre ensemble,

– apprendre à entreprendre.

 Un moyen de repenser les politiques de développement : une application du concept de capabilité : dans une longue étude sur la théorie d’Amartya Sen et ses applications en termes de développement, Valérie Reboud (2008) cite le programme de relance de la filière cotonnière afghane, mis en place par l’Agence Française de Développement en 2004, comme exemple de politique qui promeut les conditions réelles de la liberté positive. En Afghanistan, les cultivateurs préféreraient avoir le choix de produire du coton plutôt que du pavot (condamné par leur religion et facteur d’instabilité). Dans la situation actuelle de conflit et de forte de pauvreté, la culture du pavot s’est développée dans le Nord et le Nord-Est du pays car elle assure des revenus supérieurs aux cultivateurs. Plutôt que de lutter contre la production de stupéfiants par la contrainte (destruction des plantations), le programme s’est justement attaché à opérer sur les choix des cultivateurs en offrant une alternative réelle à la culture du pavot. Une filière intégrée a été mise en place pour donner aux habitants les moyens effectifs de pratiquer une autre production et de relancer la culture cotonnière :

 

– « sécuriser l’approvisionnement des producteurs, l’accès au crédit et la commercialisation de leur production ;

– assurer un conseil technique pour améliorer la productivité des cultures de coton et de blé cultivées en assolement ;

– collecter et transformer le coton en fibres et en huile et commercialiser ces produits ».

 

 L’approche des capabilités de dr Amartya Sen s’impose par sa richesse tant au niveau des sujets traités que des angles de recherche adoptés. Les critiques qui lui ont été adressées sont toutes aussi diverses et peuvent porter selon les cas sur la dimension économique, philosophique ou empirique de ses travaux. Nous nous limiterons ici aux reproches faits à l’auteur présentés par Valérie Reboud (2008) sur les difficultés d’application de son approche par les capabilités :

La difficile évaluation des libertés : pouvoir distinguer entre ce qu’une personne fait et ce qu’elle peut faire nécessite de pouvoir raisonner par contrefactuel. Or, l’observation du champ des possibles d’un individu s’avère délicate voire impossible. C’est pourquoi, en pratique, les études sur le développement préfèrent se cantonner à évaluer la qualité de vie à travers les fonctionnements et non les capabilités.

L’approche individualiste : la notion de capabilité est exclusivement individuelle, même si elle prend en compte certaines caractéristiques de la société. Avec ce concept, Amartya Sen néglige la notion de groupe et la structure sociale. Les phénomènes collectifs (syndicalisation, forces des relations sociales et réseaux, …) mériteraient d’être inclus dans l’analyse.

Une vision trop statique : des chercheurs du Centre d’économie et d’éthique pour l’environnement et le développement (C3ED) reprochent l’aspect trop statique des capabilités. Leurs travaux visent à introduire une optique dynamique en insistant sur la soutenabilité du développement.

 

  1. Conclusion :

Pour faire face aux deux dernières critiques, Crois-sens essaye de travailler sur des projets collectifs (festival, légumerie…) et avec des outils collectifs (la société coopérative SCIC) ce qui crée des dynamiques.

En ce qui concerne la critique sur l’évaluation, nous prenons aussi en compte les recherches plus récentes des chercheurs.ses comme Cécile Renouard, Cécile Ezvan, Hélène Lhuillier…, qui insistent d’ailleurs sur la dimension collective, en utilisant l’« Indice de Capacité Relationnelle » (ICR) (2018). Il s’agit d’évaluer les projets à différents moments de leur réalisation.

 

  1. Références ;

5.1 Références pour mieux comprendre les capabilités de dr Amartya Sen :

HOFFMAN Anna-Maria, « The Capability approach and educational policies and strategies : Effective life skills education for sustainable development », in Valérie Rebout (sous la direction de), Amartya Sen : un économiste du développement ?, Agence Française de Développement, Paris, 2008.

OSMANKOVIC Jasmina, JAHIC Hatidza et SEHIC Ensar, « Education in Economic Theory », Journal of Economics and Business, vol. IX, 2011.

REBOUD Valérie (sous la direction de), Amartya Sen : un économiste du développement ?, Agence Française de Développement, Paris, 2008.

SEN Amartya, « The Standard of Living Lecture II : Lives and Capabilities », in Geoffrey Hawthorn (sous la direction de), The Standard of Living, Cambridge University Press, 1987.

SEN Amartya, Un nouveau modèle économique : développement, justice et liberté, Odile Jacob, 2000 (Development as Freedom, Oxford University Press, New York, 1999).

RENOUARD Cécile, EZVAN Cécile & LHUILLIER Hélène, « Measuring relational capabilities: a relational view of the firm », in A Relational Approach to Stakeholder Engagement: A research anthology. Edited by A. Lindgreen, F. Maon, J. Vanhamme, B. Palacios Florencio, C. Strong, and C. Vallaster, Ashgate, 2018, forthcoming.

RENOUARD Cécile & EZVAN Cécile. Corporate social responsibility towards human development: A capabilities framework. Business Ethics: A European Review, Volume 27, Issue 2 , 2018 :144-155, https://www.researchgate.net/publication/322601935_Corporate_social_responsibility_towards_human_development_A_capabilities_framework.

 

5.2 Références pour mieux comprendre comment Crois-sens :

BRENGUIER Agathe, « Projet TIGA : Crois-Sens accompagne la Métropole Européenne de Lille dans sa stratégie de territoire « MELtamorphose » », crois-sens.org, 7 septembre 2018, http://crois-sens.org/2018/09/07/projet-tiga-crois-sens-accompagne-la-metropole-europeenne-de-lille-dans-sa-strategie-de-territoire-meltamorphose/

BRENGUIER Agathe, « Le Festival Utopic & Co 2018 célèbre sur le bien-vivre sur le territoire de Mirecourt(-Dompaire) et ses alentours », crois-sens.org, 5 octobre 2018, http://crois-sens.org/2018/10/05/le-festival-utopic-co-2018-celebre-sur-le-bien-vivre-sur-le-territoire-de-mirecourt-dompaire-et-ses-alentours/

DESFORGES Benjamin, « Crois/Sens fait partie du groupement lauréat du projet d’aménagement des Tours Aillaud à Nanterre La Défense », crois-sens.org, 30 octobre 2018, http://crois-sens.org/2018/10/30/crois-sens-fait-partie-du-groupement-laureat-du-projet-damenagement-des-tours-aillaud-a-nanterre-la-defense/

 

Dr Sebastien Poulain

Chargé de recherche chez Crois-sens

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *